lundi 31 mai 2010

Drive She Said "Dreams Will Come" (2010) - AOR Heaven


Drive, She Said un des groupes FM les plus prisés dans la fin des années 80 nous met l'eau à la bouche avec une nouvelle compilation de titres non pas chez Frontiers Records comme en 1997 avec "ROAD TO PARADISE", mais cette fois chez AOR Heaven.

Mark Mangold et Al Fritsch se sont retrouvés en 2009 au Firefest et ont donc eu envie de reprendre la route. Cette compilation n'est certes pas très originale car il y a 6 titres du 1er album éponyme sorti en 1989 : "If This Is Love", "Hard Way Home", "Don't You Know", "Maybe It's Love", "Love Has No Pride", "Hold On" puis 4 titres du 2ème album "DRIVIN' WHEEL" de 1991 : "Drivin' Wheel", "Think Of Love" et "Hard To Hold" et enfin 2 titres du très décevant "REAL LIFE" sorti en 2003 à savoir "Real Life" et "Stronger". La vraie nouveauté réside dans 4 titres. Mark Mangold a écrit "Fool’s Game" pour Michael Bolton dont ce fut le 1er single en 1983 et "I Found Someone" pour Cher en 1987. Il a voulu inclure ses titres avec l'apport de Jon Bivona à la guitare. Les 2 autres titres sont du pur Drive, She Said et laisse augurer peut-être un nouvel album : ce sont "Dreams Will Come" parfait dans la mouvance AOR et "Try 2 Let Go", dans un ton plus rock et plus enlevé.

Vous l'aurez compris, pas de quoi pavoiser mais si d'aventure le duo de musiciens se met à pondre des titres de cette envergure, nous serons donc très attentifs à toute nouvelle galette, complète et riche, histoire d'effacer le très triste "REAL LIFE" qui nous est resté un peu en travers de la gorge.

Grand Illusion "Brand New World" (2010) - AOR Heaven

 
Après 4 ans de silence, le groupe suédois Grand Illusion nous revient avec ce "BRAND NEW WORLD", hyper travaillé et toujours dans la lignée des 3 albums précédents sortis en 2001 ("THE BOOK OF HOW TO MAKE IT"), 2002 ("VIEW FROM THE TOP") et 2004 ("ORDINARY JUST WON'T DO"). Le groupe avait alors décidé de faire une pause en 2005 et chaque musicien a pu ainsi se perfectionner au contact d’autres groupes et projets.

La singularité de ce nouvel album, avec toujours aux commandes Anders Rydholm (basse, claviers, guitares), Peter Sundell et Per Svensson (chant) est la liste des invités : que du must ! Gregg Bissonette à la batterie (il a oeuvré avec des artistes connus notamment David Lee Roth, Steve Vai, Toto, Joe Satriani, Don Henley, Overland), aux guitares : Tim Pierce (Michael Jackson, Richard Marx, Rick Springfield, Bruce Springsteen, Meat Loaf, Bon Jovi, Alice Cooper, Seal, Phil Collins), Danny Jacob (George Michael, Elton John, Ray Charles, Bette Midler et aussi Signal), Mike Slamer (City Boy, Streets, Steelhouse Lane, Seventh Key) et Roger Ljunggren sans oublier Kjell Klaesson à la guitare acoustique et les textes de Arlene Matza-Jackson. Tous ces invités enrichissent cet album de leur expérience et rehaussent la qualité déjà présente de la musique de ces suédois très entreprenants. Leur marque de fabrique toujours la même, est encore bien plus performante sur cet album : superbes mélodies un brin progressif parfois, chœurs enchanteurs toujours aussi impeccables, et avec en plus la patte des Américains que sont Tim Pierce, Mike Slamer et Danny Jacob, les titres ont plus d’impact et plus de hargne : "157th Breakdown", "Burning Bed", "Sacrifice" ont du caractère et du tonus. Mais pour les inconditionnels, la musique de Grand Illusion n’a pas changé, elle s’est étoffée et a plus de consistance et de relief, avec un fond mélodique très AOR et même parfois plus rock que sur les albums précédents. Le côté américain apporte aussi un plus grâce aux fameux musiciens susnommés et ajoute de la maturité et un rythme plus important. Si on ne peut détacher un titre en particulier, c’est parce que toutes les compositions ont une identité mélodique poussée : "All Out In Love", "Emily", "Never Find Her Alone" restent des classiques de Grand Illusion et avec le titre "Brand New World", on a encore une magnifique intro au piano avec une montée en puissance impressionnante relayée par des chœurs somptueux. "Playing With Fire" possède aussi une structure mélodique bien AOR et représente aussi bien cette musique travaillée et enthousiaste.

Oui Grand Illusion est bel et bien de retour avec un opus fort en mélodies et en chœurs soignés. Ce sont 3 musiciens au top qui nous délivrent là une brillante collection de titres : SUPERBE !!!

Sweet Comfort Band "Perfect Timing" (1984)


Nul besoin d’être bigot pour apprécier le rock chrétien, avec toutefois un léger avantage pour ceux qui ne pratiquent pas l’anglais. Michael W. Smith, Petra et d’autres sont là pour prouver le talent artistique de cette frange musicale et Sweet Comfort Band ne faillit pas à la règle.

Leur site officiel annonce l’ enregistrement du successeur de "PERFECT TIMING" leur sixième album dont la parution remonte tout de même à 1984. C’est l’occasion de nous pencher, sauf sujets au vertige, sur cette galette de rois. Si à l’époque le groupe est toujours composé de ses membres initiaux Bryan Duncan (Chant), Randy Thomas (Guitare, Chant), Kevin Thomson (Basse) et Rick Thomson (Batterie), on remarque la présence de Dino et de John Elefante à la production et le renfort de deux claviéristes Peter Robinson et John Schreiner. Chacun apporte sa contribution aux compositions et John Elefante ajoute même une couche vocale sur des chœurs déjà bien fournis. Le titre éponyme qui ouvre les festivités est à cet égard de tout premier ordre avec synthé, guitares et des chorus qui libèreront le chanteur qui sommeille en vous avec trois mélodies magiques pour le prix d’une, le type de chanson qui remonterait le moral d’un condamné à mort à l’aube de son dernier jour. "Habit Of Hate", "Don’t Bother Me Now", "Looking For The Answer" qui suivent ne déparent pas dans le tableau et dégagent suffisamment d’énergie pour faire tomber les pellicules, quant à la ballade au piano "Prodigal’s Regret (Never Should Have Left You)" elle comblera d’aise les amateurs d’émotion forte. Dans un registre différent, "Envy And Jealousy" fait preuve d’un groove certain, de même que "Neighborhood Kids" et son parfum jazzy.

En résumé, un remède efficace contre les crises de foi où chose inattendue vous n’entendrez pas une seule fois les mots Lord, God et Jesus de rigueur dans cette discipline.