mardi 29 juin 2010

Licence "Hogt Spel" (1981)

Pour tous les fans de Westcoast Music, cet album de Licence est un Graal dans le sens où c'est la première fois qu'il existe un pressage en format CD...

En effet, cet opus des Suédois est sorti en 1981 et depuis n'avait jamais eu les faveurs même chez les Japonais d'une réédition. C'est chose faite aujourd'hui grâce à Zink Music. Merci donc à eux.

Pour en revenir a l'album et au groupe, ce dernier est composé de 6 membres qui ont depuis disparu de la circulation. Le projet a été fondé comme un équivalent Suédois au groupe Airplay. Il est vrai que musicalement il existe une très forte similitude. Les compositions rappellent avec évidence le projet de Jay Graydon et  de David Foster. Mais il y a un hic! Tout est interprété en Suédois et j'avoue avoir beaucoup de mal avec cette langue comme avec l'Allemand d'ailleurs. Chanté en Anglais cet album serait énorme, en Suédois cela m'accroche l'oreille. Un seul titre est en Anglais et c'est un bonus "Out Of Control" qui montre un peu ce qu'aurait été l'album chanté dans la langue de Shakespeare.

Pourtant la qualité musicale est bien présente sur les morceaux comme "Over", "Fragor" ou bien "Ingen Ande". Tout est parfaitement en place, des guitares présentes sans être envahissantes, des touches de pianos ou de synthés magiques, des chœurs parfaitement maitrisés, bref une réussite au point de vue musicale. Qu'aurait donné "Vanliga Ord", superbe morceau, en Anglais? On ne le saura jamais.

Néanmoins, pour les collectionneurs comme moi, cet album de Licence trônera quand même fièrement dans ma discothèque plus comme un objet de valeur que comme un CD que j'écouterais régulièrement.

Sven Larsson "Sunlight And Shadow" (2010)


Sven Larsson est un guitariste Suédois qui joua au départ dans des groupes obscurs comme Galleon (Rock progressif) et Xinema (AOR-Prog). Après , ces deux expériences il rejoint Fredrik Bergh et Goran Edman pour le projet Street Talk et leur second album "TRANSITION". Il devient le guitariste du groupe et participe à tous les opus. En parallèle, il fomente un projet solo qui donnera "SUNLIGHT AND SHADOW" qui sort cette année sur l'excellent label Avenue Of Allies.

J'avoue avoir été un peu déçu aux premières écoutes de ce CD mais cette impression s'est estompée au fil du temps. Je m'attendais peut être trop à un Street Talk bis et de plus il est vrai que Sven Larsson n'a pas la voix de Goran Edman. En fait, il faut prendre ce premier solo comme on prend les solos de Steve Lukather. Des ressemblances avec Street Talk mais une touche personnelle en plus et un jeux de gratte bien mis en avant par rapport au groupe de Fredrik Bergh. D'ailleurs la comparaison avec Luke est vraiment adaptée car beaucoup de titres ressemblent à du Toto et le garçon part aussi de temps en temps dans des délires guitaristiques qui peuvent paraitre bizarre mais qui donne une touche toute personnelle à cet album.

Ce côté personnel, on le retrouve sur les instrumentaux que sont "Tube" et "Candy" mais aussi sur "Bastard" titre qui rappelle fortement Luke en solo et même la digression un brin jazzy Westcoast qu'est "Daydreamer". Ici Sven Larsson se lâche totalement. Ensuite on adhère ou pas mais on appréciera quand même le talent du guitariste qui est énorme. Sur le reste on retrouve une compo typique Street Talk avec "Sunlight And Shadow", des ballades Totoesque comme "It's Over" ou bien "Fly On By", du rock plus musclé à la Toto période "KINGDOM OF DESIRE" avec "I'll Turn My Back" et des très bons titres AOR comme "Eagle" ou "This Is Not The Right Time".

Un album complet rempli de petites pépites qui prouvent que le garçon a du talent à revendre. Ce premier essai mérite d'être écouté et réécouté car franchement on mettrait Steve Lukather sur la pochette , je pense qu'on en parlerait plus. Premier essai prometteur à confirmer par la suite et en espérant bientôt un nouveau Street Talk.

Sedona "Golden Valley" (2010)


Cocorico! Merci au label Avenue Of Allies de nous permettre d'entendre cet album de Sedona, des petits Français qui font dans l'AOR et la Westcoast.

Avec cette introduction, je tiens à saluer ce nouveau label qui avec ses différents artistes propose actuellement des choses très intéressantes que ce soit en terme de Westcoast, d'AOR et de Hard mélodique. C'est certainement actuellement le label le plus novateur et le plus éclectique du circuit.

Parenthèse refermée attachons nous à cet album. Sedona est donc un combo Français qui a commencé par sortir deux essais en Français, "DREAM CATCHER"et "TOUT ARIZONA". J'avoue n'avoir jamais écouté ces deux raretés. "GOLDEN VALLEY" est leur premier album en Anglais et date de 1995 mais ils n'ont jamais pu le sortir. Aujourd'hui c'est chose faite et Patrick Liotard (chant, guitares), Stéphane Larribat (batterie) et Jack Andouar (basse) prouve que la musique Française n'est pas qu'un ramassis de bouses qu'on entend perpétuellement à la radio.

Voila un bon album qui navigue entre Westcoast pure et AOR à la Tim Feehan ou au Boulevard. La production est convenable mais je pense qu'avec plus de moyen , le groupe aurait pu encore transcender les compos. Si vous aimez King Of Hearts, AOR, et autres FM Canadienne, cet album ne vous décevra pas. Il y a de très bon morceaux sur cet opus qui méritent toute votre attention comme le superbe "Magic Dreams" qui ouvre de façon magistrale l'album. Quand le ton se durcit un peu on retrouve des relans de Tim Feehan sur "Surfing State Of Mind". On repart dans la pure Westcoast matinée de country sur l'excellent "Golden Valley" que n'aurait pas renié Venice ou King Of Hearts, ambiance LA garantie! "California Ballad" porte bien son nom. On y est sur les grandes étendues de la cote ouest pour une Westcoast de haute qualité. Le jeux de gratte de Patrick Liotard tout en finesse est à signaler. "Sweet Wave Of Sunset" est peut être le meilleur titre du CD en proposant une ballade somptueuse à la Chicago. J'adore vraiment ce titre rempli de feeling. Je passe sur l'instrumental "Laguna" pour repartir avec "Rock Board" qui propose une facette plus rock de Sedona. La guitare se veut incisive et on se rapproche de certaines compos de Steve Lukather en solo. On repart avec l'AOR de "You Choose Fanatic", une belle ballade à la Toto. "The Story "revient sur les terrains Westcoast à la King Of Hearts, le travail sur les vocaux est superbe. On termine avec "Tessalia" une ballade sympathique également mais franchement pas le meilleur titre du CD.

Un bon album qui ne souffre que d'un manque de grosse production. En effet, sans être mal produit "GOLDEN VALLEY" sent quand même beaucoup l'autoprod. avec peu de moyen. Ce genre de musique qu'est la Westcoast doit être surproduit pour pouvoir faire mouche. Sedona y arrive quand même sans gros moyen ce qui est en soi une vraie performance. J'attends avec impatience la suite.

PS : Un gros défaut pour cet album, il s'agit du très gros accent français sur l'intégralité des morceaux... Dommage, car cela nuit à la qualité de cet album. On peut espérer que du mieux pour le prochain album...

mardi 22 juin 2010

AOR "L.A Ambition – The Best Of AOR 2000 - 2010" (2010) - Escape Music


C'est avec une grande joie et un plaisir non dissimulé que nous apprenons la sortie de ce double "Best Of" d'AOR concocté par Frédéric Slama pour le 10ème anniversaire du projet AOR. Depuis l'an 2000, le maître du rock mélodique français a sorti des albums d'anthologie, avec des musiciens de renom, la crème des artistes américains, suédois et anglais. Et là c'est dans un magnifique digipack de 2 CDs que sont remasterisés les titres de folie de son parcours musical depuis 10 ans.

La bonne idée est d'avoir un disque dédié au côté plus hard de sa musique (The Hard Side) sur lequel on retrouve les titres affolants de "JOURNEY TO L.A" (2009) avec "Waiting In The Darkness", "Desperate Dreams", "Never Surrender", de "L.A ATTRACTION" (2006) avec "Like An Open Book", "The House Of Love", "One More Chance", "Don't Ever Say Goodbye" de "L.A REFLECTION" (2002) avec "If No One Cared", "Sensation", "Dream Them Away", "So Young And Innocent", "Leave Her To Heaven", pour ne citer que les principaux. Rien à redire, c'est le must de cette musique exaltante et vous vous délecterez à l'écoute des Philip Bardowell, Steve Overland, David Chamberlin, Göran Edman, Rick Riso, J. Lynn Johnston sans oublier les guitares de Frédéric Slama, Tommy Denander, Steve Lukather, Michael Landau et autres Bruce Gaitsch. Les connaisseurs pointus constateront aussi que certaines versions ont été remixées avec des solos différents des originaux avec changement de guitariste notamment, Michael Landau remplaçant Steve Lukather, et vice versa. Avec ce 1er disque, on frissonne déjà et le temps passe si vite à déguster ces ambiances mélodiques incomparables, non dénués d'énergie loin s'en faut !

Et vous en prendrez encore une bonne dose avec le second disque qui explore le côté soft ou westcoast d'AOR (The Soft Side) avec les magnifiques "Never Gonna Let Her Go", "On Dangerous Ground", "In My Crystal Ball", "Lost In Your Eyes", "Give A Little Love" ou "Worlds Away" : de la grande musique, des titres en or massif, que du bonheur, avec les autres interprètes tout aussi talentueux et en adéquation totale avec cette musique chatoyante, que sont Bill Champlin, David Roberts et Michael Ruff. Mais me direz-vous, ce n'est après tout qu'un "Best Of", qui ne fait que retracer cette belle carrière et effectivement nous n'aurions rien à ajouter à cette affirmation… mais il y a un mais hyper positif, c'est que l'ami Slama nous a réservé 5 belles surprises. Oui vous avez bien lu, 5 nouveaux titres jamais édités viennent compléter le tableau déjà conséquent pour porter à 28 le nombre de titres de ces 2 disques. Ce sont "Marina" sur le 1er disque, aux guitares éclatantes, un vrai bijou de rock FM, empli de mélodies et de feeling, magnifiquement interprété par Michael Kisur, et sur le second : "Back To Your Heart", "Searching For Heroes" (tous 2 issus du CD démo de 1992, "L.A RENDEZ-VOUS"), "On A Distant Path" (issu de l'introuvable "NEXT STOP : L.A" de 2001), et enfin "The Way You Love Me". Ces 5 bonus apportent un plus mélodique indéniable et permettent de montrer que déjà à l'époque, il y avait cette flamme, cette force de composition et cette capacité à émouvoir, et c'est une excellente idée de les avoir intégrés à ce double album.

Tous les titres de ce "L.A AMBITION" permettent de bien cerner le talent de compositeur, s'il fallait encore le prouver et du musicien toujours à la pointe de son art. Une œuvre complète donc, par son assemblage parfait de titres magnifiques, qui ravira les fans et donnera l'occasion aussi à ceux qui découvrent, de s'offrir un bien bel objet de 2 disques remarquables, aux facettes multicolores et à la musicalité indémodable. La pièce maitresse indispensable à tous les amoureux de musique mélodique, hard ou soft !!!

jeudi 10 juin 2010

Bamboo Brothers "Moments"


De retour déjà depuis quelques années, il manquait plus qu’un nouvel album pour que le come-back des Bamboo Brothers soit complet. C’est chose faite avec ce dernier, montrant au passage, un groupe dans sa maturité, qui a emmagasiné du vécu. Si le premier titre "Moments", et choix étonnant, propose une acoustique song, c’est "15 Minutes Of Fame" et le génial "Easy Life", qui lancent véritablement l’album, puis par leur single "Would You Believe". Il en ressort rapidement une Westcoast Music lorgnant ouvertement sur Steely Dan, avec souvent des sonorités rappelant les grands espaces américains. S’ensuit un mordant "How Could You Do It", puis la jolie ballade "Celia".

Les musiciens sont tous de très haute volé, mention spéciale au bassiste Assi Roar et au guitariste Troels Skovgaard. La production est superbe, une règle constante chez les groupes ou artistes scandinaves (pourtant pas forcément réalisée avec de gros moyen financier, mais que de compétences).

La deuxième partie de l’album offre les touchants "Sweet Echoes" et "Maybe Someday" (rappelant sur ce titre, les Doobie Brothers) sont de belles réussites. Par contre, la ballade "Mayday", ne m’a guère emballée. Le groovy blues "Nothing To Do" est fort sympathique et le dernier titre "The Nightfly Album", comme son titre l’évoque, vous l'aurez compris, rend un superbe hommage au maître Fagen (bien fun dans les lyrics). Un très bon album qui marque un retour prometteur.

Sweet Comfort Band "Cutting Edge" (1982)


1 an après "HEARTS OF FIRE!" sort "CUTTING EDGE" toujours avec le même line-up mais cette fois  David Diggs a laissé sa place de producteur au spécialiste chrétien Jack Joseph Puig. Ce changement a une incidence par rapport à l'orientation musicale du groupe... Le précédent œuvrait dans des sonorités 70s et balayait un style plutôt Westcoast, "CUTTING EDGE" est bien ancré dans le début 80 et joue dans la cour AOR. On navigue entre I-Ten, Petra ou même Allies que Randy Thomas fondera quelques années plus tard. "CUTTING EDGE" est un pur chef d'œuvre! Rien que pour "Runnin To Win",  il faut avoir le CD chez soi. Quel morceau avec ce saxo étourdissant. D'ailleurs cet instrument se retrouve sur d'autres compos comme le mid-tempo "Falling In Love With You", magique. Que dire du hit, "What Have You Got" ou du rentre-dedans "Armed And Ready" où le groupe sait se faire plus rock.

Les ballades ne sont pas oubliée avec les superbes "Haven't Seen You" et "Changed Hearts". Le son Westcoast est encore présent avec "Breakdown Love" et ses harmonies vocales dantesques mais aussi sur "Live It" où le groove l'emporte sut toute autres considérations. Que dire encore du magique, "Valérie"? Simplement que c'est de l'AOR qui tue!

Avec cet album, Sweet Comfort Band rentre dans la cour des grands et cet opus bien que datant de 1982 n'a pas pris une ride. Il fera très bien dans votre collection entre I-Ten et "BEYOND BELIEF" de Petra. Un must!

Sweet Comfort Band "Hearts Of Fire!" (1981)


Sweet Comfort Band est un groupe de Westcoast/AOR chrétien, fondé en 1974, et qui aura eu une durée de vie de 10 ans (soit jusqu'en 1984 date de leur dernier album "PERFECT TIMING"). Le groupe est composé de Bryan Duncan au chant et au clavier (qui fera une grosse carrière solo par la suite), de Randy Thomas au chant et à la gratte (qui fondera le groupe Allies avec Bob Carlisle) et des deux frangins Thomson, Kevin à la basse et Rick aux futs. Leur premier album éponyme sort en 1977 et sera suivi de "BREAKIN THE ICE" en 1979, "HOLD ON TIGHT" en 1980,  "HEARTS OF FIRE!" en 1981, "CUTTING EDGE" en 1982 et "PERFECT TIMING" en 1984. Absolument introuvable à ce jour, le label Retroactive décide donc de ressortir l'intégral de la discographie à partir de "BREAKIN THE ICE".

Je ne connaissais que de nom ce groupe mais franchement je loupais quelque chose. Pour ces chroniques, j'ai décidé de m'attaquer à la discographie du groupe à partir de 1981 et "HEARTS OF FIRE!". Je ne saurai quand même vous conseiller de jeter une oreille sur les précédents, excellents aussi. Avec HEARTS OF FIRE! produit par David Diggs, le groupe ne semble pas encore avoir fait le deuil des sonorités 70s. Cela donne, des compos Westcoast absolument sublime comme "They Just Go On" ou les deux voix de Bryan Duncan et de Randy Thomas se marient à merveille. Un titre qui pourrait figurer sur les premiers Robbie Dupree. "Can You Help Me" plus dans une ambiance Eagles que la aussi aurait fort bien interprété un Timothy B Schmit. Un coté un peu plus élaboré avec "Isabel" et son intro au piano qui rappelle un peu le Toto des débuts, là aussi imparable. "You Can Make It" et son riff de piano nous replonge avec délice dans les années Airplay. Avec "Feel Like Singin", on se replonge dans les 70s et ses rythmes un peu disco à la Average White Band ou Alessi, ce genre de compos se retrouvent plus sur "BREAKIN THE ICE". "Now Or Never" a des ambiances jazzy avec un solo de guitare aux petits oignons. "Contender" fait plus dans l'AOR et on termine par le sublime "You Need A Reason" une ballade somptueuse. La voix de Bryan Duncan est grandiose mais cela je le savais déjà car possédant pas mal de galettes solos de ce dernier. De plus, le reste des zicos est d'un niveau incroyable épaulé par des requins de studios comme David Diggs, Paul Jackson Jr. ou bien Dave Boruff.

Ce "HEARTS OF FIRE!" est donc à posséder impérativement dans toutes bonnes discothèques Westcoast digne de ce nom.