dimanche 26 septembre 2010

Jeff Cannata "Watching The World" (1993)


La FM progressive n’est pas si courante surtout quand elle présente les attraits de "WATCHING THE WORLD" l’album de Jeff Cannata (et non Richard comme je l’ai baptisé dans une chronique précédente) qui est sorti en 1993.

Compositions, arrangements, mixage, production et instruments, avec l’aide de quelques invités, on ne peut pas dire que Jeff Cannata aura chômé même si un album tous les cinq ans c’est pas non plus  l’usine : "ARC OF AN ANGEL" (1983), "IMAGES OF FOREVER" (1988). Saluons une fois de plus Mark Ashton, (Now and Then Records) qui a eu l’initiative de cet enregistrement.

Des lignes de chant d’une grande richesse mélodique aux harmonies délectables "Over The Line", "Watching The World" avec des guitares et des claviers à l’envie. Des chansons ciselées avec rupture de rythme à la clef "When It’s Love" des ballades à vous mettre des orties dans les veines "Just You And Me", "Let It Be" cette dernière avec un petit sax en prime et toujours cette touche progressive bien en évidence sur "Take Me Over".

L’album se termine par une chanson interprétée par son fils de 4 ans, celle-ci on s’en serait passé, mais vous savez comment sont les pères... monsieur Bruno.

Lara Fabian "Carpe Diem" (1994)


Avant d’être championne es décibels et de nous célinedioniser ses chansons, Lara Fabian a eu une vie, et surtout un fabuleux talent d’interprète à la voix claire et expressive.

Quand elle vivait au Canada, elle a fait connaissance de toute une pléiade d’artistes que l’on retrouve ici en compagnie de Rick Allison, son pygmalion et amoureux de l’époque. Imaginez que pour son second album la belle s’offre des compositeurs du niveau de Richard Marx, Stan Meissner et Bruce Gaitsch. Ca tue non ?

Du Soft Rock interprété avec émotion qui vous titille la corde sensible "Puisque C’est L’amour", "Tu T’en Vas", "Si Tu M’aimes" en oscillant entre ballades et mid-tempos avec même parfois une touche Westcoast : "Je Vivrai". Si Lara démontre déjà une puissance vocale impressionnante c’est avec suffisamment de retenue pour ne pas faire exploser les tweeters de vos haut-parleurs "Ramène-Moi". Les musiciens enjolivent l’ensemble mais comment pourrait-il en être autrement lorsqu’ils s’appellent Bruce Gaitsch (guitare), Stan Meissner (guitare) ou Dave Pickell (claviers). Et quand Lara Fabian vous la joue intime, piano et voix, dans "Pas Sans Toi" on a quasiment la sensation qu’elle s’adresse à vous seul. A condition d’apprécier les chansons d’amour, Lara s’avérait déjà un formidable auteur dans ce registre.

Puisse-t-elle un jour revenir à ses premières amours puisqu’elle a déjà réussi à baisser le ton ce qui nous évite de baisser le son.

C’est comme Hélène Segara (ne riez pas !) dommage qu’elle n’aie pas poursuivi dans le genre "Une Voix Dans La Nuit", enfin c’est mon avis.