vendredi 5 novembre 2010

Steve Lukather : "All's Well That Ends Well" (2010)


Mine de rien en plus de sa carrière au sein de Toto, Steve Lukather est en train de ce faire un petit patrimoine solo sympathique.

Premier album en 1989 et voici le petit dernier qui sort cette année sous le nom "ALL'S WELL THAT ENDS WELL". Le précédent "EVER CHANGING TIMES" en 2008 était publié par Frontiers mais cette fois ci c'est Mascot Records qui prend la suite. Toujours entouré de sa bande de potes pour les compos comme CJ Vanston, Fee Waybill ou bien Randy Goodrum, Luke délivre un bon album qui le caractérise totalement. On retrouve la patte guitaristique mais aussi les diverses influences qui transpirent du bonhomme depuis toujours. Du Rock, du Jazz, du Blues, du Hard et de la Pop c'est la recette de cet essai qui ne dénote aucunement des précédents. On retrouve toujours les mêmes qualités mais aussi les mêmes défauts sut tous les albums de Luke. Que le garçon soit mon guitariste préfèré c'est un fait, maintenant j'aimerais que ses solos soit plus régulier dans la qualité. Déjà, on évite un trop plein d'instrumentaux avec le seul "Tumescent" qui se suffit à lui même. Sur 9 titre, 1 instrumental c'est déjà beaucoup et en plus celui ci ne me fait pas apprécier ce type de musique. En fait, à bien y reflechir, à part le titre précité, il n'y a pas vraiment de mauvais morceaux. Il manque simplement des hits.

Un album de Luke s'étudie avec finesse, je vais donc essayer de le faire de la plage 1 à 8:

On débute par "Darkness In My World" avec une entame sombre et glauque avant de se lâcher un peu. Un titre très technique peut être trop mais qui prouve quand même combien le type est doué.

On continue avec "On My Way Home" où Luke nous emmène vers des sentiers Jazz Rock à la Steely Dan. Grosse performance du bassiste Carlitos Del Puerta. Cela groove sévère comme on dit. Il manque peut être un refrain plus mélodique pour faire de ce titre une totale réussite.

"Can't Look Back" est certainement le morceau le plus mélodique et propose un rock FM à la Toto ou Luke excelle. Une superbe composition.

"Don't Say It's Over" est une ballade romantique assez sombre mais de haute qualité. Luke fait pleurer sa guitare et assure au niveau du chant sur ce type de composition lente.

"Flash In The Pan" est un morceau Blues Rock un brin fusion. Cela déménage sec mais le refrain est peut être un brin faiblard par rapport au couplet et aux riffs endiablés.

"Watching The World" propose la seconde ballade du CD. Un titre très atmosphérique mais réussi. Luke a l'habitude de chanter les ballades dans Toto et il le fait parfaitement avec le groupe comme en solo.

"You'll Remember" emprunte le même chemin que "On My Way Home" en proposant des influences Jazz Rock avec cependant ici un refrain réussi.

"Brody's" est la seule composition co-écrite par Randy Goodrum. Teinté un brin 70's, ce titre est très réussi que ce soit musicalement ou bien au niveau mélodique. Le riff est entêtant et ne nous lâche plus.

Comme souvent après la sortie d'un album solo de Luke, j'ai le cul entre deux chaises. Je trouve ça bien mais il me manque quelque chose pour en faire un must. Cet album en est encore la parfaite illustration. Tout est bon ou presque mais pourtant une fois que je l'aurais rangé, vais je le ressortir? Pas sur!